Yannick Barthe

Yannick Barthe

Chercheur.e statutaire
Pôle sociologie

yannick.barthe@ehess.fr

Yannick Barthe est sociologue, directeur de recherches au CNRS.

Ses travaux ont porté sur les controverses socio-techniques et les politiques publiques relatives aux « risques collectifs ». Il s’est notamment intéressé au problème des déchets nucléaires et au traitement dont celui-ci a fait l’objet de la part des autorités publiques. Dans Le pouvoir d’indécision. La mise en politique des déchets nucléaires (Paris, Economica, 2006), il a retracé la longue carrière de ce problème et décrit les modalités de sa prise en charge au cours de la période récente, en plaçant au cœur de son analyse la question de l’irréversibilité et de la réversibilisation des choix techniques.

Dans le prolongement de cette étude de cas et d’une réflexion plus générale sur les procédures pouvant favoriser l’émergence d’une « démocratie technique » (avec Michel Callon et Pierre Lascoumes, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Le Seuil, 2001), il a également mené des travaux sur l’évaluation parlementaire des choix scientifiques et techniques et sur les mobilisations autour des questions de santé environnementale (avec Madeleine Akrich et Catherine Rémy, Sur la piste environnementale. Menaces sanitaires et mobilisations profanes, Paris, Presses des mines, 2010).

Dans ses recherches récentes il s’est intéressé aux processus de victimisation, à partir du cas des « vétérans » des essais nucléaires français (Les retombées du passé. Le paradoxe de la victime, Paris, Le Seuil, 2017)

Il enseigne la sociologie des controverses scientifiques à l’Université Paris 1-Panthéon Sorbonne. Par ailleurs, il préside actuellement la commission interdisciplinaire 53 (« Méthodes, pratiques et communications des sciences et des techniques ») du Comité national du CNRS et il est membre du comité éditorial de la revue Politix.

Parmi les dernières publications :

"How does one become a victim?", Divinatio. Studia Culturologica Series, 45-46, 2018, 37-45.

Les retombées du passé. Le paradoxe de la victime, Paris, Le Seuil, 2017.

(avec D. De Blic et al.) "Pragmatische Soziologie: Eine Anleitung", Soziale Welt, 2016, vol. 67, nᵒ 2, p. 205-232.

"Les controverses technologiques peuvent-elles être productives?" in M.-F. Chevallier-Le Guyader & M. Girel, dir., Au cœur des controverses. Des sciences à l’action, Arles, Actes Sud/IHEST, 2015,p. 157-163.

"L'expertise scientifique vue de l’intérieur : le groupe de travail “Radiofréquence ” de l’Afsset (2008-2009)", Environnement, Risques et Santé, 2014, vol. 13, nᵒ 1, p. 28-39.

Tous les contenus associés

Publication(1)

2017