Type et date de soutenance

Que signifie l'émancipation ? Organisation sociale, normes juridiques et puissance paternelle de la Révolution française aux années 1840

Paolo Napoli

Che cosa significa emancipazione ? Organizzazione sociale, norme giuridiche e potere paterno dalla Rivoluzione francese agli anni Quaranta dell'Ottocento

Soutenance de thèse de Dana Portaleone, sous la co-direction de Maurizio Ricciardi (Université de Bologne) et Paolo Napoli (LIER-FYT).

Membres du jury :

  • Anna Bellavitis (Université de Rouen)
  • Cristina Cassina (Università di Pisa)
  • Paolo Napoli (EHESS/LIER-FYT)
  • Maurizio Ricciardi (Università di Bologna)
  • Paola Rudan (Università di Bologna)
  • Luca Scuccimarra (Università di Roma "La Sapienza")

Résumé :

La thèse présente une analyse historico-conceptuelle du concept d’émancipation en France entre la Révolution française et les années 1840, en partant de la centralité des femmes dans le processus révolutionnaire et du problème de la puissance paternelle et de l’ordre familial. Dans cette perspective, on reconstruit le moment de l’affirmation de la signification moderne du concept : d’abord avec les Lumières, puis avec la Révolution française, on détermine un élargissement sémantique progressif qui fera place à des nouvelles significations politico-sociales et à une série de sujets imprévus. En effet, la Révolution présente sur la scène un sujet collectif, déjà mature, qui donne forme a l’émancipation révolutionnaire. Cette dernière nécessite une science spécifique capable d’endiguer ses effets politiques les plus dangereux sans trahir ses prémisses formelles. L’Idéologie comme science sociale à la fin de la Révolution y répond. Si les femmes dans ces années sont mobilisées sur la base de l’émancipation révolutionnaire, elles constituent en même temps un problème fondamental pour l’ordre révolutionnaire comme le montre le débat sur la puissance paternelle qui éclaire le passage, fondamentale pour le concept d’émancipation, de la puissance émancipatrice du père à celle de l’État émancipateur. Les résultats de ce débat se retrouvent dans le Code civil, qui définit les limites juridiques et formelles de l’émancipation révolutionnaire et de ses hiérarchies. Ensuite, la thèse reconstitue les transformations du concept au lendemain de la Révolution dans la doctrine de Saint-Simon et de ses élèves. Celle-ci sera à l’origine du discours qui se développe en France entre les années 1830 et 1840 sur le problème de l’émancipation des femmes, et qui trouve son expression dans les écrits des saint-simoniennes. La thèse s’arrête aux portes des années 1840, lorsque l’émancipation dans son sens moderne se stabilise et devient un véritable concept de mouvement, expression des processus d’émancipation qui avaient été préparés dans les années précédentes.