Morgane Baladron

Morgane Baladron

Doctorant.e
Pôle sociologie
Laboratoire interdisciplinaire d'études sur les réflexivités - Fonds Yan Thomas

Dans la continuité de mon mémoire de M2, ma thèse dirigée par Yannick Barthe (sous la co-direction de Cyril Lemieux) s’intéresse à l’injonction à l’agilité dans une grande entreprise du secteur aérospatial. L’arrivée récente sur le marché satellitaire de nouvelles formes de concurrence a mis à mal la situation d’oligopole qui caractérise historiquement le secteur, poussant les directions des grandes entreprises aérospatiales à questionner leurs modes de travail. Le terme « innovation » s’est imposé dans les discours managériaux comme objectif à atteindre. Le management s’est progressivement doté de nouvelles valeurs, en partie issues des rencontres avec des cabinets de consultants en management de l’innovation. Une des valeurs phares du nouveau management est le concept d’agilité de l’entreprise, opérationnalisé par la notion de flexibilité du travail. Cette thèse s’intéresse donc aux tentatives d’opérationnalisation de l’agilité dans l'industrie aérospatiale et à ses impacts sur le salariat. Elle s’intéresse particulièrement aux mécanismes d’engagement du salarié dans la réforme du management de l’entreprise, et au déplacement de la responsabilité des échecs et des réussites dans le travail, du management vers le salarié.

Tous les contenus associés