Type d'événement, date(s) et adresse(s)Journée(s) d'étude

En hybride.

Les classes populaires et la gauche. Que peuvent en dire les sciences sociales ?

Rencontre organisée par Marion Fontaine (Sciences-Po Paris) et Cyril Lemieux (LIER-FYT).

Journée d'étude autour de la revue Germinal

Adresse de connexion : https://sciencespo.zoom.us/j/9752867193
Possibilité de participer en présentiel (nombre de places limité) : écrire à lier-fyt.gestion@ehess.fr.

Cette rencontre réunira les chercheurs et chercheuses en sciences sociales qui ont contribué au numéro 3 de la revue Germinal consacré à « La politique des classes populaires » (voir ici). A travers la tenue de trois tables-rondes successives, l’enjeu est de questionner les disciplines de ces sciences (sociologie, science politique et histoire, notamment) sur leurs capacités à éclairer les transformations contemporaines des classes populaires, ainsi que les rapports de leurs membres aux syndicats et partis politiques de gauche (et, symétriquement, les rapports des militants et leaders de ces organisations aux classes populaires). Il est aussi de réfléchir aux hantises et aux « crampes mentales » qui empêchent parfois les intellectuel.le.s et les responsables politiques de gauche (mais aussi les chercheurs/chercheuses en sciences sociales) d’aborder la question des classes populaires sans céder au misérabilisme ou, au contraire, au populisme – travers dont on peut penser qu’ils sont aujourd’hui les principaux obstacles à l’élaboration de politiques émancipatrices « en prise » avec nos sociétés.

Programme

14h30-14h50. Introduction : Marion Fontaine et Cyril Lemieux. « La gauche et les classes populaires : les sciences sociales ont-elles un mot à dire ? »

14h50-15h50. Première table-ronde. Les sciences sociales peuvent-elles nous aider à rendre explicables et prévisibles les évolutions contemporaines des classes populaires ?

Propos introductif : Serena Boncompagni (IIAC).

Avec Noémi Casati (LIER-FYT), Cyril Lemieux (LIER-FYT), Tristan Poullaouec (Université de Nantes), Bastien Cabot (CESPRA), Beatriz Fernandez (Géographie-cités) et Achille Warnant (Géographie-cités).

15h50-16h50. Deuxième table-ronde. En quoi les sciences sociales peuvent-elles nous aider à expliquer la distance qui s’est creusée entre les syndicats et partis de gauche et les classes populaires (et vice versa) ?

Propos introductif : Baptiste Legros (LIER-FYT).

Avec Amélie Beaumont (Cresppa-CSU), Gilles Candar (Société d’études jaurésiennes) et Nonna Mayer (Sciences-Po).

16h50-17h. Pause.

17h-18h. Troisième table-ronde. En quoi les sciences sociales peuvent-elles aider la gauche à rejoindre les classes populaires ?

Propos introductif : Mathurin Schweyer (LIER-FYT).

Avec Julia Christ (LIER-FYT), Pierre Merle (INSPE), Nicolas Leron (CEVIPOF & OFCE), Cyril Lemieux (LIER-FYT) et Marion Fontaine (Sciences-Po).